A Barcelone, comment les enfants porteurs de troubles autistiques vivent le confinement

La crise sanitaire liée au coronavirus ou Covid-19 a obligé la plupart des pays du monde à prendre des mesures drastiques pour tenter de freiner la propagation du virus. Le gouvernement espagnol a déclaré l’état d’alarme le vendredi 13 mars 2020. Celui-ci vise la fermeture de tous les lieux accueillants du public ainsi que la limitation des déplacements de la population aux strictes nécessités (courses alimentaires et pharmacie). Alors que Barcelone se trouve actuellement en phase 0 du déconfinement, comment les enfants porteurs de troubles autistiques ont vécu ces deux mois de confinement ?

Ce que le confinement a changé pour eux

Au début du confinement, c’est la perte de repères qui a été le plus difficile à vivre pour les enfants porteurs de troubles du spectre autistique, là où ils ont plus que les autres besoin d’immuabilité dans leur quotidien ; le non-changement et la répétition leur apportant des repères nécessaires à leur sécurité interne. Du jour au lendemain, le enfants ont vu leur quotidien changer : ils sont restés à la maison toute la journée et n’ont plus été dans les structures qui les accueillaient jusque-là (école, centre d’accueil spécialisés, …). Ils ont également été coupé du lien à leurs référents tels que professeurs ou éducateurs. Le changement entraînant beaucoup d’angoisses pour les enfants autistes, certains parents ont vu leur comportement changer et les crises liées à ce changement augmenter.

Passé la perte de repère du début de confinement, les enfants porteurs de troubles autistiques se sont habitués à leur nouvelle routine, à condition que les parents aient pu leur fournir de nouveaux repères stables et que l’environnement familial ait été propice à mettre en place ces routines ainsi que sans sur-stimulation excessives. en effet, les enfants autistes sont bien souvent hyper-sensibles à toutes stimulations extérieures tels que le bruit, la lumière, les couleurs. Une famille nombreuses par exemple avec beaucoup de bruit et de stimulation pour l’enfant aura pu l’agresser et le pousser à adopter un replis autistique afin de se protéger. Cependant, demeurer dans un appartement toute la journée et ne pas subir les sur-stimulations de la rue, de l’école, des transports a été plutôt un avantage qu’un inconvénient pour beaucoup de ces enfants.

Pour ces enfants qui ont bien souvent des intérêts restreints, le challenge des parents va être de les sortir de la restriction de ces intérêts pendant le confinement comme les écrans. De plus, si les parents télé-travaillent, s’occuper d’un enfant et qui plus est présentant des troubles du spectre autistique va être très difficile.

Recommandation pour vivre au mieux ce confinement

1) Instaurer une routine

Le plus important étant la permanence, instaurer une routine pendant ce temps de confinement et jusqu’à la reprise de l’école, est très important. Fournir des repères permettra de baisser l’angoisse de l’enfant et ainsi évitera des potentielles crises ou troubles du comportement.

Cette routine peut être instauré en répétant les mêmes tâches chaque jours aux mêmes heures comme par exemple se lever, s’habiller, prendre le petit déjeuner, travailler avec un support éducatif adapté, temps de jeu, repas, temps calme, jeux ou activités manuelles, jeu libre, bain, repas, coucher. Il est important également que l’enfant puisse se repérer dans sa journée et pour ce faire, l’utilisation de pictogrammes peut aider ainsi que rédiger un emploi du temps de la journée accessible et compréhensible par l’enfant. Il est important également d’organiser l’espace de l’appartement de telle sorte que, dans la mesure du possible, chaque pièce ou partie de la pièce ait une seule fonction. Ceci évitera une perte de repères spatio-temporels.

2) Garder le contact avec son environnement

Le changement ayant eu lieu brutalement, ainsi que la perte de tout contact en dehors de la maison, il est donc essentiel de maintenir le lien avec son entourage : thérapeutes, éducateurs, amis, famille. Ceci permettra à l’enfant de garder un lien avec ceux qu’il connait afin de le sécuriser.

3) Lui permettre d’exprimer ce qu’il vit

L’utilisation de matière malléable comme la pâte à modeler, l’argile ou le sable magique peuvent aider l’enfant à exprimer ce qu’il a en lui, ainsi que la peinture. En effet, l’enfant porteur de troubles du spectre autistique va bien souvent avoir des difficultés à pouvoir exprimer avec des mots ce qu’il vit et ressent. L’utilisation d’un outil médiateur est donc indispensable.

J’ai répondu aux questions de Anaïs Bertrand de Equinox Magazine sur ce thème le 24 avril 2020

Vous trouverez ici le lien vers l’article

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close